massage, médiation, bien-être, burnout, dépression, stress, relaxation, détente

Massage Média – Magali Godfroid

Massothérapeute

Massage de Détente à l’Huile

Un tour du monde en 60 minutes…

 

Où ?

  • Stockel (Family Care Center)
  • Tomberg (Maison du Mieux-Être)

Quand ?

Voir les horaires sur la page contact

Comment ?

En sous-vêtements confortables

Tarif ?

60min/50€

90min/75€

Le Massage de Détente

Le massage fait partie de ces techniques de relaxation dites « somato-psychique », ce qui signifie que, grâce aux mouvements que l’on va réaliser sur le corps, nous allons obtenir un état de détente de l’esprit comme « conséquence ».

Le massage, quelle que soit la technique, a de très nombreux effets sur le corps et l’harmonisation de ses fonctions. On remarque notamment des effets sur :

• Le système nerveux.

→ Les techniques d’effleurage sont connues pour leur effet antalgique. Il est recommandé de commencer un massage par ce genre de technique notamment quand il y a des douleurs dans une zone. Les effleurages répétitifs vont saturer d’informations les nocicepteurs (récepteurs nerveux de la douleur) qui ne vont plus pouvoir émetteur d’influx douloureux.

• Le système endocrinien.

→ Il s’agit de la sécrétion de chaque hormone propre à la réalisation de différentes fonctions corporelles et psychiques. Par exemple, l’Ocytocine a un effet à la fois corporel (stimule la dilatation du col de l’utérus lors de l’accouchement ainsi que la lactation) et un effet plus « psychologique » (elle participe grandement à l’attachement maternel pour son bébé, élément essentiel pour assurer le développement de la descendance).

• Le système viscéral.

→ Il correspond à l’ensemble des organes constituant le corps. Le massage aura un effets harmonisant sur chaque fonction connue par l’intermédiaire d’une sécrétion hormonale adaptée et propre à chaque organe/viscère. Grâce aux pressions effectuées durant un massage, on constate que certains organes, tel que l’estomac, améliore la qualité de la digestion par la relance manuelle du brassage mécanique, essentiel à l’activation des sucs gastriques.

• Le système respiratoire.

→ L’amplitude respiratoire se modifie durant le massage ; la respiration devient plus ample, plus profonde. Les molécules d’oxygène descendent plus bas dans l’arbres bronchique et sont mieux assimilées à travers les alvéoles pour passer dans le sang et oxygéner les tissus.

• Le système sanguin.

→ On constate une accélération du débit sanguin lors du massage. Le sang chargé en oxygène et nutriments venant des poumons et organes se réparti dans toute zone stimulée par le toucher et nourrit les cellules en profondeur. En contrepartie, grâce aux différentes pressions, les cellules se déchargent plus facilement des déchets métaboliques, leur permettant un fonctionnement de base optimal.

• Le système tégumentaire (la peau).

→ La peau prend une couleur plus rouge suite à la stimulation du système sanguin. Grâce à l’apport de nutriments présent dans le sang, la peau gagne en élasticité et remplit mieux ses fonctions de protection contre le monde extérieur (barrière physique et chimique contre les attaques microbiennes, les rayonnements lumineux et les variations thermiques).

Dans un autre registre, le massage participe à la construction du schéma corporel. Un massage englobant permet à la personne qui reçoit de mentaliser ses limites corporelles grâce à la stimulation des récepteurs au toucher, présent dans la peau.

Grâce au massage et aux différentes sécrétions hormonales qui auront lieu tout au long de la séance, le corps va entrer dans un état de relaxation grâce à la modulation des ondes cérébrales passant de l’état de veille (ondes bêta) à l’état de détente (ondes alpha), voire de relaxation profonde en fin de séance (onde thêta) qui permettent la régénération du corps.

À la différence d’une « simple » sieste, on reconnaîtra l’avantage du massage dans le fait que les ondes alpha perdure après la fin de la séance. C’est ce sentiment de bien-être prolongé ressenti parfois plusieurs heures après la fin du rendez-vous.

A la suite de la construction du schéma corporel, la possibilité de se représenter matériellement l’espace que son corps occupe fait partie de la première étape à l’affirmation de soi. Connaître ses limites corporelles, c’est concevoir que nous ne sommes pas invisibles et que nous avons chacun la possibilité de prendre notre place dans un groupe, quel qu’en soit la taille.

Tous ces éléments vous permettent de vous sentir mieux, plus détendus, plus en confiance et la gestion du stress devient plus simple par elle-même de par le renforcement globale de qui vous êtes.

Ma Vision de la Technique

C’est un excellent moment pour se vider la tête et laisser au corps le temps de se régénérer après une journée stressante. Mélange de techniques que j’ai acquises au cours de mes formations (shiatsu, massage relaxant général, du ventre, des pieds, …), elles participent au caractère unique de ce massage (composition personnelle) et amènent chacune un petit plus à la séance : un peu de détoxification du corps, une amélioration du transit, de la circulation sanguine et/ou lymphatique, une augmentation de l’amplitude respiratoire, …

Le(s) Partenaire(s)

École de massothérapie spécialisée dans le domaine du sport + plateforme de référencement des praticiens de la santé.

Thérapeute shiatsushi à Tomberg (Maison du Mieux-Être)

Sartre, “l’Etre et le Néant”, 1943

massage, médiation, bien-être, burnout, dépression, stress, relaxation, détente

[…] Et c’est sans doute parce que le toucher dépasse infiniment le tactile, tout comme le charnel déborde le musculaire, que la main du masseur invite le patient à s’affranchir d’un dysfonctionnement afin de parvenir à caresser le rêve d’une récupération ou même un idéal de guérison. […]

J-P SARTRE

© Massage Média – All rights reserved